tétanie

Publié le par zenattitude

neurone.jpg

 

Une tétanie correspond à deux formes d'affections. La première, la plus rare, peut être due à une diminution de la concentration du calcium sanguin (hypocalcémie), comme dans les rares cas observés d'hypoparathyroïdie, mais également à une diminution du magnésium ou du potassium (hypokaliémie), ou encore à une alcalose, c'est-à-dire à un excès de bases (substances alcalines) dans l'organisme. La seconde forme de tétanie, plus fréquente, à laquelle on réserve en général le nom de spasmophilie et qui est aussi appelée parfois tétanie normocalcémique, n'a pas de cause précise. Elle est favorisée par les états anxieux.

Les symptômes de la spasmophilie
 
La spasmophilie, encore appelée tétanie, se caractérise par la survenue de spasmes et des contractions musculaires
Cette situation , parfois spectaculaire, provoque un malaise très angoissant pour la personne qui en est victime
Elle touche le plus souvent les femmes
La spasmophilie correspond à une hyperexcitabilité neuromusculaire qui se manifeste par de nombreux symptômes qui ne sont pas spécifiques à cette pathologie.

Les manifestaions


Le spasmophile présente une véritable attaque de panique qui accompagne une hyperventilation

  • Picotements et fourmillements au niveau des doigts, des lèvres, du visage
  • Maux de tête, Migraines
  • Sensation de manquer d'air
  • Sensation de perdre de connaissance
  • Palpitations
  • Boule dans la gorge
  • Paupière qui saute , Perte de la vision momentanée
  • Fatigue
  • Sensation de chaleur, de froid, frissons, tremblement
  • Oppression
  • Douleur de la poitrine
  • Respiration difficile
  • Difficultés à marcher
  • Douleurs du cou, du dos, des jambes…
  • Brûlures d'estomac…Liste non exhaustive

 

TRAITEMENT

Le traitement dépend de la forme de tétanie.

— La forme due à une hypocalcémie est traitée par injection de calcium, suivie d'un traitement par voie orale associant calcium et vitamine D.

— La spasmophilie est parfois traitée par la prescription de calcium, de magnésium ou de vitamine D, éventuellement associés, bien qu'il n'y ait pas de preuve scientifique de l'efficacité de ce traitement. On recommande souvent de respirer dans un sac en papier quand la crise commence, l'ouverture du sac étant plaquée le plus longtemps possible autour de la bouche et du nez. Cette manœuvre conduit le patient à inspirer l'air qu'il expire, plus riche en gaz carbonique. En traitement de fond, une psychothérapie ou l'administration d'un anxiolytique peuvent également être indiquées.

Publié dans maladie médecine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article