la maratre exemple cendrillon

Publié le par zenattitude

La marâtre : représentations et perceptions

3 Les termes anciens qui désignaient les relations de belle-parenté étaient déjà sous l’Ancien Régime porteurs de connotations péjoratives. Ainsi, Furetière définissait-il le mot « marastre » en insistant lourdement sur le caractère malfaisant de la belle-mère : « Belle-mere, femme d’un second lit, qui maltraite les enfans d’un premier pour advantager les siens. Constantin fit mourir son fils par les instigations de sa marastre. Ce mot vient du Latin matrasta, suivant Menage. Marastre, signifie aussi une mere denaturée qui desavouë, qui expose ses enfans, qui n’a point de tendresse pour eux, qui n’a pas soin de leur éducation ni de leur fortune. Medée n’estoit pas une mere, mais une marastre[2] [2] Furetière, Dictionnaire universel…, La Haye, 1690, au...
suite
. »

 

4 Dans cette définition, on retrouve les caractéristiques principales de la représentation de la marâtre dans la France d’Ancien Régime. Mère dénaturée, elle est négligente et habitée de mauvaises intentions. Elle est un danger pour la personne et les biens des enfants du premier lit de son mari, n’aimant que les enfants du second lit issus de sa chair. Elle exerce sur son mari, veuf remarié, une influence néfaste, voire meurtrière. Bref, il s’agit d’une mauvaise femme, qui est déviante par rapport à la construction sociale du genre féminin, en incarnant tous les dangers potentiels. Il est intéressant de constater que ce terme dépassait déjà à l’époque le sens strict d’une position précise dans une famille recomposée par remariage et qu’il pouvait s’appliquer, par extension, aux mauvaises mères. Ce subtil déplacement de sens élargit d’autant l’impact symbolique du terme en le sortant du cadre restreint des recompositions familiales.

 

5 En revanche, Furetière n’était pas beaucoup plus tendre avec le sexe fort, puisqu’il définissait le mot « parastre » presque aussi négativement : « Beau-pere. Ce mot s’est dit quelquefois pour signifier un beau-pere maltraitant les enfans que sa femme avoit d’un premier lit ; de même qu’on appelle marastre, la belle-mere qui maltraite les enfans qu’un mary a d’une premiere femme. Ce mot est dans plusieurs Coustumes, mais à present il est de peu d’usage[3] [3] Ibid. , au mot « parastre ». ...

6 Les mauvais traitements infligés aux enfants du premier lit du nouveau conjoint sont encore au cœur de la définition. Mais « parastre » est mis en relation avec « marastre », pour en souligner l’horreur, puisque c’est véritablement la marâtre qui incarne la cruauté envers les enfants. Le mot « parastre » possède ici un sens strict et n’est pas étendu à la paternité dans son sens large. Cette définition, comme celle de « marastre », introduit aussi une distinction langagière entre des termes plus neutres qui désignent des positions dans la famille, tels beau-père et belle-mère, et fait état de l’évolution vers un sens péjoratif de formes considérées plus anciennes (parâtre et marâtre). Cela est confirmé lorsque l’on examine la définition du mot « beau-père » fournie par le même auteur : « Terme relatif à l’égard des enfants d’un premier lit. Il se dit du mari qui a épousé leur mere en secondes nopces : & Belle-mere est la femme que leur pere a épousé de la même maniere. […] Mais toutes ces qualités avoient autrefois leurs noms propres, & on appelloit parastre, marastre, filiastre, les beau-pere, belle-mere, & beau-fils[4] [4] Ibid. , au mot « beau-père ». À noter que les notaires...


7 Il reste que tous les termes qui servent à nommer des positions de belle-parenté sont associés les uns aux autres dans ces définitions. Que l’on soit un homme ou une femme, épouser une veuve ou un veuf est une aventure qui expose tous les protagonistes, époux et enfants des divers lits, à une situation potentiellement problématique. C’est donc dans le contexte plus large de la défaveur envers les secondes noces que l’on doit placer le personnage de la marâtre, et non seulement dans la perspective du genre, qui contribue néanmoins à renforcer les préjugés envers les marâtres.

 

si le sujet vous intéresse ou voulez juste y jeter un oeil allez sur ce site d'où vient l'extrait de cet article :  http://www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2006-2-page-171.htm

 

35-RM-PB-chat-et-souris-Telepathie 2

 

Eh non vous ne revez pas il existe bien le club des maratres afin de les aider moralement. http://blog.clubdesmaratres.fr/. Eh oui on connait pas tout on découvre tout les jours mais dans les asso, les droits

Publié dans article coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article